Unité de Recherche en Biologie Environnementale et Evolutive


L’URBE a pour vocation d’étudier les organismes aquatiques et leurs interactions avec l’environnement. Elle associe la biologie comparative (plusieurs espèces étudiées) et la biologie intégrative (plusieurs niveaux d’intégration biologique). Ainsi, les équipes de recherche s’articulent autour de quatre grands axes, allant de l’étude des génomes à celui des écosystèmes, en passant par les organismes et les populations. Des techniques de laboratoire de pointe sont associées à des études de terrain dans divers écosystèmes aquatiques. L’Unité est étroitement impliquée dans la formation aux étudiants, notamment via le Master en Biologie des Organismes et Ecologie co-organisé avec l’UCL.


ECOLOGIE ET  GENETIQUE EVOLUTIVE

Karine Van Doninck

Notre laboratoire aborde des questions fondamentales de biologie évolutive. L’étude de paradoxes évolutifs est au cœur de notre recherche. D’une part, nous nous intéressons à l’impact des modes de reproduction dans l’évolution. Nous étudions les rares groupes d’organismes ayant abandonné la sexualité mais ayant rencontré un réel succès évolutif, étant décrits comme des « scandales évolutifs ». D’autre part, nous étudions la problématique des espèces « en expansion » (espèces exotiques invasives ou espèces indigènes en reconquête de territoires) afin de comprendre la dynamique de ces phénomènes et leur influence sur le monde contemporain. Le laboratoire s’appuie sur des outils variés (terrain, biologie cellulaire et moléculaire, génomique et bioinformatique) pour mieux comprendre ces processus évolutifs à travers différents angles.     

http://www.lege-unamur.be

 

illus kvd.jpg


Physiologie Evolutive et adaptative

FREDERIC SILVESTRE

 

L'objectif principal est de comprendre comment les organismes s'adaptent et évoluent dans un environnement en continuel changement (température, pollutions, etc). Nous tentons de lier les réponses phénotypiques (physiologiques, comportementales) aux réponses moléculaires (protéomiques, transcriptomiques, biochimiques). Récemment, nous développons l'épigénétique environnementale afin d'expliquer une transmission de caractères des parents vers les descendants. Nous travaillons sur des espèces aquatiques d'eau douce (zebrafish, poisson moustique) et marines (killifish des mangroves).

illus fs.jpg

Physiologie et toxicologie environnementales

PATRICK KESTEMONT

 

Comment la physiologie des organismes aquatiques (poissons, crustacés et amphibiens) est-elle modifiée face aux perturbations environnementales induites par des substances chimiques polluantes (pesticides, perturbateurs endocriniens, etc.) ou par des changements climatiques globaux ? Une attention particulière des recherches est portée sur les interactions entre xénobiotiques et réponses immunitaires  des organismes. L’impact de stresseurs multiples, combinant stress chimique, physique ou pathogène, est étudié dans des conditions naturelles ainsi que dans des conditions d’élevage en système aquacole, en milieu tempéré ou tropical (Asie du SE, Afrique).  En aquaculture, l’étude des besoins nutritionnels est privilégiée, dans le cadre d’une diversification des espèces en élevage.

http://www.physiotox.be

illus pk.jpg

 

Ecologie environnementale des EcosystEmes

FREDERIK DE LAENDER

 

Comment la composition et la diversité des communautés aquatiques changent-elles face à la variation environnementale ? Ces changements sont-ils prévisibles et, si oui, basés sur quelle théorie ? Quelles sont les conséquences de ces changements pour le fonctionnement des écosystèmes ? Notre mission est de répondre à ces questions, en développant une approche multidisciplinaire combinant la théorie écologique, les données de terrain et des expériences contrôlées, souvent en utilisant des substances chimiques comme des variables d'environnement. Nos activités scientifiques se situent donc à l'interface des sciences de l'environnement, de l'écologie des écosystèmes et des communautés et de l'écotoxicologie.

http://www.eeecology.eu

illus fdl.jpg


Ecologie appliquEe

 

L’Unité développe aussi des recherches plus appliquées répondant à des problématiques concrètes de gestion des milieux aquatiques. Celles-ci visent d’une part l’étude de la dynamique de populations ichtyologiques (anguille…), de la diminution des stocks en Meuse (gardon…), du suivi des réseaux trophiques et du contrôle des migrations par l’intermédiaire des échelles à poissons (Saumon2000). D’autre part, le projet Walphy associe scientifiques et gestionnaires pour concevoir, réaliser et évaluer des travaux de restauration de cours d’eau.     

http://www.walphy.be

illus ecolappl.jpg