Aller au contenu. | Aller à la navigation

Recherche

Les activités de recherche du Département de Géographie sont orientées selon trois grands axes: (1) Développement territorial et transition agroécologique, (2) Migration, vulnérabilité et environnement et (3) Cartographie de la population et épidémiologie spatiale. Elles sont menées aussi bien dans le Nord que dans le Sud.

Dia-dpt geo_site.gif

Thématiques De recherche

 

Développement territorial et transition agroécologique
  • La gestion territoriale durable: un territoire est beaucoup plus que la somme de ses composantes structurelle, économique, sociale, géographique. Les relations entre ces composantes peuvent le modifier du tout au tout. Il faut favoriser l’intensification des coévolutions entre les villes/campagnes et leurs environnements afin de réduire les impacts des aléas des catastrophes et assurer un aménagement durable des espaces.
  • Les services écosystémiques : il est indispensable de préserver et renforcer la biodiversité et les écosystèmes afin de garantir les services de support, d’approvisionnement, de régulation et culturels qu’ils rendent au niveau de la santé, de l’économie, de la culture, du tourisme et de l’environnement. Le Département de Géographie travaille sur l’évaluation intégrée des services écosystémiques, il cartographie les services existants et identifie les manques ou lacunes pour aider à proposer des mesures concrètes à mettre en place sur le terrain.
  • La transition agroécologique : le modèle agricole conventionnel n’est pas le seul possible, des alternatives existent. Nos chercheurs contribuent à développer une agriculture qui permet de réconcilier les agriculteurs, l’environnement et la société.

 

Migrations, vulnérabilité et environnement
  • Les migrations environnementales : nos chercheurs visent à mieux comprendre le rôle des facteurs environnementaux dans les migrations, ce qui permet d’anticiper les mouvements de population et de proposer un accompagnement raisonné de ce phénomène qui prend de l’ampleur dans le contexte actuel des changements climatiques.
  • La vulnérabilité face aux risques : dans le contexte des changements climatiques, les populations sont de plus en plus fréquemment exposées à des risques naturels. Plusieurs projets de recherche visent à évaluer la vulnérabilité des populations face aux tremblements de terre, aux inondations, aux glissements de terrain, etc. dans le but de pouvoir améliorer leur résilience.

 

cartographie des populations et épidémiologie spatiale
  • La cartographie à très haute résolution des populations : cette représentation est nécessaire pour arriver à mesurer précisément les impacts de la croissance démographique, suivre les changements et planifier des interventions. Notre département participe à la production de données à haute résolution spatiale sur distribution de population humaine au niveau mondial.
  • L’épidémiologie spatiale : il s’agit d’analyser l'effet des facteurs spatiaux (environnementaux et anthropiques) sur l'émergence et la propagation de maladies par l’utilisation de modèles spatiaux permettant de prédire la répartition géographique des risques, ce qui peut contribuer à une meilleure cible des mesures de prévention et de surveillance.
  • L’expansion urbaine : alors qu’un peu moins de 30 % des habitants de la planète vivaient dans des villes en 1950, les citadins représenteront plus de 70 % de la population mondiale en 2050 selon les Nations Unies. Notre département se penche sur la question urbaine qui devient centrale pour toutes les sociétés, du Nord comme du Sud, vu l’importance grandissante de la relation entre population, urbanisation et développement.

 

Méthodes de Recherche

 

Via différents projets de recherche, les chercheurs du Département de Géographie s’intègrent dans des équipes transdisciplinaires pour mieux traiter les questions de recherche. D’un point de vue méthodologique, selon le cas, certains ont recours à la modélisation spatiale, d’autres choisissent de se tourner vers des processus itératifs et participatifs. Nos chercheurs privilégient la mise en réseau, le partage d’expertise et l’innovation qui sont susceptibles de favoriser les transformations vers la durabilité. Ils font donc partie des scientifiques qui s’engagent dans de nouvelles formes de collaboration avec les parties prenantes et les citoyens.


En savoir plus sur nos projets, nos activités de recherche et nos publications.