Aller au contenu. | Aller à la navigation

Décret « Paysage ». Quel impact sur les parcours des étudiants ?

Ce Midi PUNCH a tenté d'identifier les impacts de l'individualisation des parcours étudiants sur des éléments tels que le taux de diplomation, l'abandon, la réorientation, le temps moyen nécessaire pour accéder à la diplomation...

Date : Le 28 février, 12h50-14h00

Salle académique de la Faculté d'informatique

Suite à la mise en place du « Décret du 7 novembre 2013 définissant le paysage de l'enseignement supérieur et l'organisation académique des études » en Fédération Wallonie-Bruxelles, dit décret « Paysage », la notion d'année d'études a fait place à un système d'accumulation de crédits similaire à ceux utilisés en Allemagne, en Italie ou encore en Flandres. Ce système est axé sur le programme individuel de l'étudiant favorisant une plus grande flexibilité du parcours. Cette réforme des parcours d’études a des impacts à de nombreux niveaux (administratifs, pédagogiques,…). Ce Midi PUNCH a tenté de saisir l’effet de ces changements sur les parcours des étudiants.

Pour répondre à ces questions, ce Midi PUNCH a tout d'abord donné la parole à Catherine Dehon (European Center for Advanced Research in Economics and Statistics - ULB) qui, au départ d’un suivi des premiers étudiants soumis à cette réforme à l’Université libre de Bruxelles, en a évalué les effets positifs et négatifs sur les parcours d’étude (taux de diplomation et d’abandon, temps médian pour l’obtention du diplôme) en intégrant dans l’analyse certaines caractéristiques des étudiants (parcours scolaire antérieur, condition socio-économique, genre, …). Elle a interrogé également un éventuel changement de la perception de la notion de « réussite ». Lien vers la présentation.

Ensuite, Mathieu Minet (Cellule d’appui pédagogique, Faculté de Lettres, UNamur) a mis à l'épreuve des chiffres cette impression que les étudiants de l’UNamur tendent à rallonger leurs études suite au décret « Paysage », en profitant des possibilités qui leur sont offertes de moduler leur parcours. A partir de données extraites de Noé (et de la plate-forme antérieure), il a analysé les parcours des étudiants inscrits aux différents bacheliers de la faculté de Philosophie et Lettres sur les 10 dernières années, en interrogeant plus spécifiquement les taux d'abandons ainsi que la durée des études (temps mis effectivement pour obtenir le diplôme de bachelier). Lien vers la présentation.

<iframe width="720" height="530" src="https://melies.srv.fundp.ac.be/permalink/v125cec8f3af33dt7a3t/iframe/" frameborder="0" allowfullscreen="allowfullscreen" allow="autoplay"></iframe>