Aller au contenu. | Aller à la navigation

Quels sont les secrets de la motivation des PhDs ?

Le programme "Research on PhD" (ROPe) mené par Olivier Klein (ULB) et Benoît Galand (UCL) présentait les résultats finaux de l'étude le 11 septembre 2018 à l'UCL. Le tout était illustré par des présentations de doctorants, des témoignages variés (ancienne doctorante et association d'aide aux doctorants), suivi d'une table ronde.

 

Research on PhD logoPas de secrets pour persévérer dans la thèse (comme dans tous les projets), il faut se sentir compétent et se voir avancer. Les sentiments d'autonomie, d'affiliation et de compétence augmentent l'engagement du doctorant, ce que l'on peut traduire par :

  • "Ma thèse m'intéresse"
  • "Je suis heureux(se) d'aller travailler"
  • "Je suis motivé(e)"
  • "Je n'ai pas vu le temps passé au travail"
  • "Je suis curieux(se) de savoir la suite"

 

Ces perceptions de soi dépendent directement de l'environnement dans lequel se trouve le/la doctorant(e) et plus précisément de la qualité de l'accompagnement offert par le/la promoteur(trice). Existe-t-il une recette miracle pour motiver ? Les ingrédients suivants sont importants :

  • 3/5 d'implication : signe de respect et d'estime du travail, se traduit par "ton travail est assez avancé pour que tu le diffuses"
  • 2/5 d'autonomie : le travail indépendant est encouragé, se traduit par "je corrige dès que tu as une version de l'article écrite"
  • 1/5 de structure : objectifs clairs, se traduit par "tu as deux mois pour écrire un article"

 

Qui sont les doctorants qui abandonnent ?

Il y a plus souvent des femmes (63.2 %) que des hommes (59.4 %) qui arrêtent leur doctorat. Les chiffres sont effrayants dans les deux cas, puisque un doctorant sur deux quasiment ne finira pas sa thèse. Dans notre cocktail, l'ingrédient principal est l'implication. Les doctorantes ont besoin d'être très impliquées dans leur projet pour s'engager et se sentir reconnues.

La structure est fondamentale pour persévérer pour les deux sexes. Pour augmenter la motivation des doctorantes, il est important de favoriser leur autonomie et de leur faire confiance. Cet aspect est sans doute vrai aussi pour les hommes mais l'étude ne le montre pas. Selon Robin Wallast qui a conduit cette recherche, les hommes expriment moins facilement leurs émotions négatives que les femmes ce qui corrobore ses résultats.

 

Il existe cinq profils de doctorants : ceux qui se sentent impliqués, autonomes et compétents (auto-déterminé), le profil inverse (hétéro-déterminé) et les trois profils restants qui sont faibles dans une des trois dimensions mentionnées pour le profil auto-déterminé.

Le profil le plus à risque est sans conteste l'hétéro-déterminé, les doutes et l'envie d'abandon sont les plus marqués. Le second groupe le plus à risque est la compétence faible dont la perception est essentiellement féminine (70.4 %). Le sentiment de progression est faible et l'épuisement important. Le troisième groupe est l'autonomie faible, reflet d'un manque d'autonomie laissé par le promoteur et donc une difficulté à s'approprier le sujet qui diminue l'implication du doctorant.

 

Solutions

Les solutions changent en fonction du moment, du contexte et de la personne. Alors comment agir sur tous ? En prêtant attention aux signes d'épuisement (négatif) et en renforçant le sentiment de progression (positif).

En amont, voici les pistes d'attention : les relais prévention et bien-être, les informations sur le parcours, les facteurs de risques et de protection, les personnes ressources. En cours de thèse, il s'agira de repérer les PhDs en situation difficile et fournir des pistes d'écoute et d'actions comme celles que nous allons développé.

 

Tout ne repose pas sur le promoteur ! Il faut miser sur le comité d'accompagnement (à réunir une fois par an à l'UNamur pour rappel), instituer un système de mentorat et former les promoteurs à l'accompagnement du personnel et la gestion d'une équipe (cf le midi des promoteurs sur la motivation organisé à l'UNamur dans le cadre de l'Euraxess day le 21 juin 2018).

D'autres pistes existent comme les lieux d'échanges, de discussions, les groupes de partage ... Faut-il encore vous convaincre de l'utilité des midis des doctorants qui réunissent entre 8 et 15 doctorants une fois par mois sur des thèmes variés ? Signalons aussi les entretiens individuels accessibles à tous pour (ré)apprendre à gérer son temps, ses priorités et ses projets de recherche.

 

Ca bouge déjà à l'UNamur avec la reprise des midis des doctorants depuis février 2018. Et ce n'est pas tout, notre prochain midi des PhDs est consacré au développement du réseau des doctorants au sein de l'Université.

 

Si le sujet vous intéresse et que vous souhaitez en parler ou avoir plus d'informations, envoyez un mail à euraxess@unamur.be

Agenda

Informations sur U2ES

Contacts

Midis des doctorants

21 novembre : le kit du doctorat

12 décembre : la mobilité

Liens utiles

Sites Euraxess européens

Espace Européen de la Recherche en vidéo

Charte européenne du chercheur 

et Code de conduite pour le recrutement

A propos d'Euraxess

Trouver un emploi dans une université européenne

Euraxess  Jobs

Trouver un partenariat

Euraxess Partnering

Outils pour développer votre carrière

Exploring careers for researchers