Aller au contenu. | Aller à la navigation

L'UNamur de nouveau la tête dans les étoiles

23.05.18

Exploitée durant plusieurs décennies par les scientifiques, avant d’être démantelée dans les années 60, l’ancienne coupole astronomique de l’Université de Namur renaît aujourd'hui de ses cendres.

Situé en plein cœur du centre-ville, ce nouvel observatoire formera les étudiants à la recherche astronomique, en les familiarisant aux techniques employées dans tous les grands observatoires.

Une nouvelle coupole astronomique en 2018

L’UNamur a toujours étudié et enseigné l’astronomie. Les archives de sa bibliothèque nous renseignent que les scientifiques scrutent le ciel namurois depuis le 19e siècle, la première coupole ayant été installée en 1880 sur les toits de l’université.

Coupure de presse "Le patriote Illustrée" - 17 avril 1912

Les dernières traces de leurs activités d'observation remontent aux années 60. A cette époque, la coupole a été démantelée, sûrement pour être rénovée.

« Mais cette idée semble avoir été abandonnée, probablement à cause de la pollution lumineuse en ville qui empêchait à l’époque toute observation. Les instruments d’astronomie ont alors été rangés et stockés…» suppose André Fuzfa, professeur spécialisé en cosmologie et gravitation relativiste.

Ce dernier a donc proposé il y a 5 ans d’en réinstaller une nouvelle, en lieu et en place de la disparue.

L’intérêt d’un observatoire en ville

La pollution lumineuse est aujourd'hui un problème qui peut être contourné : 

« Si l’on associe certains filtres à l’imagerie numérique, nous pouvons tout à fait étudier les objets les plus lumineux du ciel profond comme certaines nébuleuses ou galaxies » affirme le physicien.

Installer un observatoire astronomique en ville présente par ailleurs des avantages en terme d’accessibilité. Car les centres d’observations sont souvent dans des endroits reculés.

« Pour éviter de devoir se déplacer à chaque fois, nous observons le ciel depuis le site de l’université. Mais avec la contrainte de monter et démonter à chaque fois les télescopes ».

Ce qui prend du temps, et se relève parfois inutile si la météo se dégrade subitement.

« Avec cette coupole, les instruments nous seront toujours ‘sous la main’. Et on pourra proposer aux étudiants d’étudier le ciel à la moindre éclaircie ! » se réjouit le Pr. Fuzfa.

La formation des étudiants améliorée

Notons donc que ce projet est surtout à vocation pédagogique. Grâce à cette coupole, André Fuzfa et son équipe formeront les étudiants aux instruments et méthodes employés par les grands observatoires.

« On espère réaliser quelques projets de formation à la recherche pour exercer les étudiants à la technique. On leur apprendrait par exemple à faire des mesures de photométrie sur les étoiles les plus lumineuses. Ou bien effectuer des mesures de détections d’exoplanètes. Ou encore surveiller le ciel pour rechercher des débris spatiaux ou des astéroïdes » énumère André Fuzfa.

Au-delà de ces formations, l’Université a dans l'idée d'ouvrir son observatoire au grand public à certains moments de l’année. Mais aussi de le louer à des clubs d’astronomes amateurs.

Un projet unique en son genre

Installer un observatoire sur les toits d'une université est un concept original. Seule l’ULB possède aussi une coupole astronomique. « Il en existe d’autres en Belgique bien sûr, mais elles ne dépendent pas d’universités, et ne sont donc pas couplées à une offre d’enseignement » souligne le physicien.

L’UNamur espère être opérationnelle d’ici l’automne prochain. La coupole, construite aux Etats-Unis, sera livrée en Belgique à la fin juin.

« Il faudra alors l’installer, aménager l’intérieur de l’observatoire, et y placer nos instruments : un télescope de 30 cm de diamètre pour observer le ciel profond et un autre pour l’observation planétaire (Lunes et planètes). C'est une belle aventure qui (re)commence ! ».

C.S

L'Université de Namur a lancé une campagne de fundraising pour payer les divers frais qu'entraînera l'installation de cette coupole. Si vous souhaitez participer financièrement à ce projet, vous trouverez plus d'informations ICI.

POUR PLUS D'INFORMATIONS

André FUZFA, responsable du projet
Courriel : andre.fuzfa@unamur.be
Téléphone(s) : +32 (0)81 72 49 32

Suivez aussi la page Facebook Astro Campus.