Aller au contenu. | Aller à la navigation

Drôles de jeux et jeux de rôle

Parmi les diverses méthodes pédagogiques dites « actives », le jeu de rôle et la simulation occupent souvent des positions marginales.

Dans certaines facultés comme le droit la simulation a trouvé une place depuis longtemps déjà. On voit toutefois aujourd’hui cet outil pédagogique s’étendre dans une diversité de formations (sciences politiques, gestion, pédagogie…).

La méthode consistant à simuler et jouer une situation prédéfinie semble particulièrement pertinente pour amener les étudiants à vivre « de l’intérieur » une situation impliquant une diversité d’acteurs avec lesquels il s’agit d’interagir.

Les situations peuvent varier de l’interaction confinée autour d’un soin médical – on parlera plutôt de jeu de rôle - à des situations sociales complexes mêlant un grand nombre d’acteurs – on parlera plutôt de simulation.

Ce Midi PUNCH du 10 novembre 2015 a donné la parole  à trois intervenants qui explorent cet outil dans des formations et selon des modalités variées.

Mme. Philippe, pharmacienne Phd et conseillère pédagogique au département de pharmacie de l’ULg, a présenté l’usage de la simulation dans le cadre de l’évaluation ECOS (Evaluation clinique objective et structurée) menée dans le cadre générale de l’officine pédagogique.

M. Schoumaker, professeur de géographie à l’UCL a présenté l’utilisation du jeu de rôle dans le cadre d’un cours de démographie et développement autour d’une grande conférence internationale portant sur un projet de développement. La question de l’évaluation du travail de groupe a également été discutée.

Enfin, Mme Colette-Basecqz, professeure de droit à l’UNamur a présenté un dispositif de simulation d’un procès pénal réalisée par les étudiants de troisième année et leurs enseignants dans les bâtiments du palais de justice de Namur.

Les puncheurs du jour

image.jpeg