Aller au contenu. | Aller à la navigation

Ecole des langues vivantes

PrésentatioN

L'Ecole des Langues Vivantes (ELV) est un département interfacultaire qui a pour mission d'assurer la formation en langues étrangères des membres de la communauté universitaire.

L’apprentissage des langues revêt un caractère indispensable à notre époque. Dans le cadre professionnel, la maîtrise d’une ou de plusieurs langues est un atout sérieux sur un CV. Apprendre une langue étrangère est également une porte ouverte vers l’intégration dans d’autres cultures par une communication riche. Les langues servent également dans le domaine scientifique des études et de la recherche, notamment comme moyen d’accès privilégié à l’information partagée par les nombreux chercheurs de notre planète.

Nous souhaitons, en tant que professeurs de langues, positionner notre pratique professionnelle à un haut degré de qualité. Forts de nos expériences communes et individuelles dans plusieurs champs liés à l’éducation, nous souhaitons aujourd’hui proposer un projet d’apprentissage des langues innovant pour l’Université de Namur.

 

« Une langue différente est une vision différente de la vie » – Federico Fellini

« Étudier une autre langue consiste non seulement à apprendre d’autres mots pour désigner les mêmes choses, mais aussi à apprendre une autre façon de penser à ces choses » – Flora Lewis

« Apprendre une autre langue est un peu comme devenir quelqu’un d’autre » – Haruki Murakami

« Grâce aux langues, on est chez soi n’importe où » – Edmund de Waal

« Une langue vous place dans un couloir pour la vie. Deux langues vous ouvrent toutes les portes le long du chemin » – Frank Smith

« Si vous parlez à un homme dans une langue qu’il comprend, vous parlez à sa tête. Si vous lui parlez dans sa langue, vous parlez à son cœur » – Nelson Mandela

« Avoir une autre langue, c’est posséder une deuxième âme » – Charlemagne

Actualités

LEXIQUE JURIDIQUE BELGE

1re édition 2021

Irène Mathy, Guillaume Schultz

Ce lexique relève le défi de rendre intelligibles et accessibles près de 1600 termes et expressions « usuels » de droit belge, dont il propose la classification au sein de l’ordre juridique, l’équivalent en terminologie juridique néerlandaise, la définition, les références normatives et jurisprudentielles les plus pertinentes à leur sujet, la typologie, les antonymes et les « faux amis ».

Il a été rédigé par une équipe pluridisciplinaire issue de toutes les facultés de droit francophones, mêlant professeurs, assistants, doctorants, avocats, auditeurs…

Son objectif n’est pas de supplanter les définitions légales, jurisprudentielles ou doctrinales existantes. Il permet, en revanche, au profane du droit et à l’étudiant juriste, d’accéder, sans difficulté, à la compréhension du vocabulaire juridique et de s’initier à la langue du droit.

VICE-PRÉSIDENCE DE L'INSTITUT DE RECHERCHE IRDENA

François-Xavier Fiévez est élu vice-président de l'Institut de Recherches en Didactique et Education de l'UNamur (IRDENA).

PARTICIPATION À L'ESA CONFERENCE 2021 À BARCELONE - 31/08 AU 3/09/21

Céline Decleire, François-Xavier Fiévez et Mireille Houart y feront une communication portant sur le cours "Starting English+", cours d'anglais de Bloc 1 où le titulaire a mis en place des activités de soutien à l'autonomie et à l'autorégulation en situation de classe inversée.

Descriptif de la communication:

Among the success factors at university, autonomy, also self-regulated student learning, represents a key lever on which educators can tap. Indeed, if teachers want to support students in their learning of autonomy, it is important to question their degree of autonomy already existing at the start of their university course.

The present paper presents the results of a quantitative survey carried out among first-year bachelor students at the University of Namur (Belgium) which aimed to explore the different factors influencing student autonomy. Based on the answers obtained from 200 respondents, statistical analyses were carried out and an autonomy indicator was constructed in order to measure not only the degree of student autonomy, but also to determine the various internal and external impacts of their autonomy. Our results indicate that student autonomy is cultural and learned over time.

Additionally, the questions focusing on their work at home during the first lockdown (12/03/20) revealed considerable social inequalities amongst students. It appears that the students who are less autonomous struggle even more when more autonomy is required for their homework. Technological aspects of remote work, lack of self-organization or being overwhelmed with too many things to do, for instance, widens the inequality gap already existing.

Therefore, during a confinement or when students have their first university experience remotely, the teachers should need to take even more care of less independent students and guide them through their learning of autonomy.

Lien vers le site de la conférence