Aller au contenu. | Aller à la navigation

L E S   M É T I E R S   D E S   I N G É N I E U R ·E S   D E   G E S T I O N

ANALYSER, INNOVER, DÉCIDER

En tant que managers ouvert·es aux technologies, vous analysez avec rigueur l’environnement de votre entreprise ou de votre organisation pour prendre les meilleures décisions, avec une constante volonté d’innover.

Tout en maîtrisant les méthodes et outils de la gestion (finance, marketing, stratégie, gestion des opérations, etc.), vous êtes tourné·es vers l’avenir, prêt·es à mener vos collaboratrices et collaborateurs dans des projets audacieux.

Votre connaissance des processus technologiques vous assure un rôle d’interface entre la clientèle, la recherche et le développement et tous les autres départements de l’entreprise.

Votre leadership repose sur vos compétences managériales et technologiques, ainsi que sur vos atouts de communication, que vous exercez en plusieurs langues : le monde est votre terrain de jeu.

Les ambitions que vous développez pour votre personnel, pour votre entreprise, pour la société, vous les envisagez avec une éthique irréprochable, intégrant les dimensions sociales, environnementales et économiques.

« Lorsque j’ai dû choisir l’université dans laquelle j’étudierais, mon choix s’est porté sur l’UNamur. Un choix que je n’ai jamais regretté : la qualité de la relation professeur·es - étudiant·es, une magnifique ville dans laquelle je vis maintenant, la vie estudiantine la plus conviviale de Belgique… Je me suis beaucoup investi dans les structures étudiantes, un véritable complément à la formation universitaire. Dans mes études d’ingénieur de gestion, j’ai adoré le large horizon de la formation. Personnellement, j’ai choisi la filière « Management de l’information », ce qui m’a permis de combiner disciplines techniques et monde de l’entreprise. J’ai également pu acquérir un double diplôme de master grâce au partenariat entre l’UNamur et la KULeuven. Grâce à la qualité de ma formation, je m’aventure maintenant dans un doctorat. » - Anthony, diplômé de master en ingénieur de gestion, management de l'information

QUELQUES EXEMPLES DE MÉTIERS

L’attrait sur le marché du travail des formations de masters en ingénieur de gestion de l’UNamur est attesté par le fait que près de 90 % des étudiant ·es trouvent leur premier emploi dans les 3 mois suivant l’obtention de leur diplôme. Un nombre croissant d’étudiant·es signent leur premier contrat avant même d’avoir terminé leurs études.

Les ingénieur·es de gestion, par leur formation particulière, sont des candidat·es de choix pour les industries technologiques qui souhaitent compter des cadres capables de comprendre les dimensions technologiques du business et de contribuer à leur développement en tant que responsables du développement de nouveaux produits, chef·fes de projet informatique, managers de la propriété intellectuelle, responsables de production, consultant·es...

Leur excellent esprit d’analyse, leur sens de la communication, leur connaissance des langues étrangères, leur ouverture internationale et surtout leur envie d’apprendre constituent également des atouts importants pour de nombreux métiers de la gestion des organisations : services financiers, commerciaux, après-vente, recherche et développement, opérations et logistiques, IT, business analytics, GRH, marketing… et dans toute une série de secteurs d’activité : banques et organismes financiers, sociétés d’audit et de conseil, entreprises nationales et internationales, organisations publiques comme privées, enseignement, centres de recherche, entreprises technologiques, hôpitaux, institutions culturelles, etc.

La finance

Le secteur financier (banques, assurances, administration…) est le premier employeur pour nos diplômé·es. Toute entreprise, de la PME familiale à la multinationale, doit avoir des indicateurs financiers fiables, pour élaborer des budgets et des plans réalistes. L’éventail des métiers ouverts aux passionné·es
des chiffres est large :

  • l’analyse financière : dissection des bilans, évaluation des crédits, conseil aux investisseurs ;
  • le conseil clientèle dans un organisme de crédit ;
  • l’audit interne : vérification des procédures internes de bonne gouvernance et de génération des états financiers fiables ;
  • l’audit externe : vérification de la qualité et de l’exactitude de l’information financière fournie ;
  • le risk management : l’évaluation et la modélisation de l’ensemble des risques susceptibles de peser sur une organisation ;
  • la comptabilité de fonds : calcul quotidien de la valeur d’inventaire de plusieurs fonds d’investissement ;
  • etc.

Le commerce et la distribution

Négocier, obtenir les meilleurs prix, prospecter de nouveaux fournisseurs, suivre le développement d’un nouvel emballage, optimiser l’acheminement des produits vers la clientèle… autant de missions à responsabilités ayant trait à la vente et à la distribution. À côté des entreprises à vocation strictement commerciale comme la grande distribution, les industries et certaines sociétés de service offrent également de nombreuses possibilités de carrière dans le domaine des achats, du marketing et de la logistique.

La gestion d’entreprise

Dans le monde industriel, nos diplômé·es participent à toutes les étapes de la supply chain : ils planifient la production, arbitrent les litiges entre commerciaux et producteurs, gèrent les stocks, organisent le transport des marchandises, etc.

D’autres exercent leurs compétences dans le département informatique, par exemple dans le cadre de la mise en place de logiciels de gestion intégrée de l’entreprise.

Certains rejoignent les services de ressources humaines et font du recrutement, calculent les coûts salariaux, mettent en place des outils de gestion des compétences ou une politique de formation, etc.

Après quelques années dans des fonctions opérationnelles, la carrière des universitaires en gestion évolue fréquemment vers des postes de management où ils participent aux décisions stratégiques de l’entreprise.

Les sociétés de consultance, spécialisées dans le conseil aux entreprises, mettent leur expertise et leurs moyens techniques et humains au service de leur clientèle, par exemple dans le domaine de la stratégie ou dans l’évaluation des processus internes. Beaucoup de jeunes diplômé·es y débutent leur carrière professionnelle.

Finalement, l’entrepreneuriat permettra aux plus audacieux et audacieuses de s’appuyer sur les bases solides et pluridisciplinaires de leur formation pour se lancer dans la création de leur propre société.

“Le travail d’un·e consultant·e est organisé par projets sur lesquels on travaille en équipe. Travailler en mode projet donne l’opportunité de changer souvent de fonction, de département, d’entreprise. Par exemple, cette année, j’ai travaillé, entre autres, pour une grande banque belge et pour une petite société technologique. J’ai fait du marketing et du reporting financier. J’ai collaboré avec des Indiens, des Anglais, des Belges, des Français et des Hollandais. J’ai également eu la responsabilité d’une petite équipe. C’est notamment la diversité offerte par ce métier qui le rend passionnant.” - Marie, diplômée

La recherche et l’enseignement

Certain·es diplômé·es poursuivent une activité de recherche en Belgique ou à l’étranger. Ils réalisent un doctorat ou participent à un programme de recherche. Plusieurs ancien·nes transmettent leur savoir dans l’enseignement secondaire, supérieur et de formation continue.

L’AIDE À LA RECHERCHE D’EMPLOI
La Cellule emploi accompagne les étudiant·es de dernière année de master et les jeunes diplômé·es dans leur parcours professionnel, via plusieurs services : diffusion d’offres d’emploi et de stage, entretiens d’orientation, ateliers sur les thématiques liées à l’insertion professionnelle, information et documentation sur le monde du travail.