Aller au contenu. | Aller à la navigation

Université
Facultés
Études et Formations
Recherche
Service à la société
International

L E S   M É T I E R S   D E   L A   C O M M U N I C A T I O N

LA COMMUNICATION,
DES MÉDIAS DE MASSE À LA COMMUNICATION NUMÉRIQUE

En tant que professionnel·les de la communication et du journalisme, vous êtes capables de décoder l’information sur les différents médias : réseaux sociaux, publicité, presse écrite, radio, télévision… et de vous faire entendre dans cette surabondance de messages.

Votre esprit analytique vous donne un regard critique sur l’information et les pratiques médiatiques. Vous comprenez l’influence de la communication sur la société et, plus particulièrement, sur ses aspects sociaux, culturels et politiques.

Vous savez travailler en équipe et communiquer avec les différentes parties prenantes d’un projet. Vous prenez du recul par rapport à vos propres pratiques et vous êtes créatives et créatifs dans vos productions médiatiques et numériques.

Votre écriture communicationnelle est percutante et efficace, que ce soit en français, en anglais et en néerlandais (ou allemand/espagnol).

COMMUNICATION ET ORGANISATIONS

Aujourd’hui, la plupart des organisations, qu’elles soient publiques, marchandes ou non marchandes, s’appuient sur des professionnel·les de la communication pour gérer les échanges internes et externes ainsi que leur image, leur culture, etc. Leurs missions sont multiples : faciliter le dialogue au sein d’une entreprise via une revue interne ou un intranet, organiser et promouvoir un événement, établir des relations avec les médias (communiqués de presse, conférences…) et le grand public (via les réseaux sociaux, le mailing…). Certains projets particuliers, comme la réalisation publicitaire, peuvent être confiés à des agences spécialisées, un autre domaine accessible aux diplômé·es en communication.

COMMUNICATION ET mÉDIAS

Le monde des médias rassemble l’Internet, la télévision, la radio et la presse écrite (quotidiens, périodiques, revues spécialisées…). Le métier emblématique de journaliste varie en fonction du type de média, du domaine de spécialité ou encore du statut (employé·e ou freelance). Avec l’expérience des années, les diplômé·es en journalisme peuvent également accéder à d’autres professions : secrétaires de rédaction, rédactrices et rédacteurs en chef, reporters, chroniqueuses ou chroniqueurs.

Communication et institutions culturelles

Théâtres, musées, centres culturels, organismes scientifiques, associations d’éducation permanente…  autant d’institutions où les diplômé·es en communication exercent des professions en lien avec le montage de projets (expositions, concerts, cycles de formation, etc.), leur gestion et leur promotion. Divers secteurs font également appel à des communicatrices et communicateurs : formation, prévention, vulgarisation scientifique, éducation aux médias, etc.

Des nouveaux métiers à profusion

À l’image des nombreux ponts qui relient les trois secteurs d’activité présentés ci-dessus, le monde de la communication forme un espace hybride aux contours mouvants. De nouveaux métiers apparaissent régulièrement, d’autres se transforment au fil des innovations technologiques et de l’évolution de la société. Aujourd’hui, il faut, par exemple, imaginer de nouvelles façons de faire de la télévision suite à l’émergence de multiples chaînes numériques et à l’accroissement des programmes à la carte. Gérer les réseaux sociaux en interne ou en externe est devenu un métier pris en charge par le community manager de l’organisation. Pour concevoir un projet médiatique, il est de plus en plus courant d’articuler différents supports, sur le modèle transmédia, et de réfléchir à la mise en récit des contenus par le storytelling.

La curiosité et l’adaptabilité sont dès lors deux qualités personnelles indispensables pour s’épanouir dans les métiers de la communication.

Une palette de compétences riche et variée

Le bachelier en information et communication proposé à l’UNamur se veut interdisciplinaire. Grâce aux liens entre les départements de sciences politiques, sociales et de la communication, d’économie et de gestion, les étudiant·es namurois·es développent très tôt une bonne compréhension de l’organisation de la société actuelle et des enjeux qui la traversent. Ils se confrontent rapidement à l’actualité telle qu’elle est présentée dans les médias. En troisième bloc de bachelier, les étudiant·es ont l’occasion de vivre une première expérience professionnelle lors d’un stage, favorisant les allers-retours entre théorie et pratique
qui se poursuivront pendant le master en information et communication. Mises en situation régulières et projets de terrain contribuent à faire des jeunes diplômé·es en communication des professionnel·les flexibles. Ils disposent d’une palette d’outils oraux, écrits et multimédias ; ils maitrisent l’écriture communicationnelle, percutante et efficace ; ils analysent les enjeux communicationnels et appréhendent la complexité des situations ; ils réfléchissent de manière responsable aux meilleures stratégies de communication.

Bref, les études en communication forment des actrices et acteurs de la société contemporaine, capables de poser un regard critique sur l’actualité, sur l’évolution de la communication et sur leurs propres pratiques.