Aller au contenu. | Aller à la navigation

Leçon 3 - l'éthique : une fin du droit ? (03/03/2020)

Pourquoi l’éthique connaît-elle un succès qui grandit aux dépens du droit ? Est-elle plus adéquate que le droit pour encadrer les innovations technologiques ? Quelle devrait être la relation de l’éthique et du droit ? Le droit, serait-il la bouche d’une éthique ? Ou serait-il plutôt une toute autre chose ?

Aujourd’hui, l’éthique semble passer au premier plan comme mode de gestion et de contrôle d’activités, qu’il s’agisse, entre autres, de recherche scientifique ou d’innovation technologique. Tant en amont qu’en aval de la mise en œuvre d’innovations technologiques, le nombre d’interventions « éthiques » et leur intensité grandissent : les évaluations éthiques anticipatives de projets de recherches (par exemple, les projets financés par l’Union européenne de type H-2020), les ELSA (ethical, legal and social aspects), la responsible research and innovation, l’installation de commissions d’éthique et les plaidoyers en faveur de régulations par l’éthique. Ce mouvement est particulièrement visible autour du Règlement général sur la protection des données (RGPD)

Que signifie cette montée de l’éthique dans des domaines typiquement laissés au droit ? Quelles en sont les conséquences ? Comment se rapporte-t-elle au politique et plus particulièrement au droit ? Comment articuler les régimes respectifs du droit et de l’éthique ?

Table des matières