Prévenir et guérir l'athérosclérose

L’athérosclérose est une maladie affectant les artères, liée au vieillissement du corps humain. Avec l’âge, les vaisseaux se bouchent progressivement, ce qui augmente le risque de thrombose, d’embolie, d’infarctus et d’accident cérébro-vasculaire. L’athérosclérose est la première cause de mortalité en Belgique, la mortalité cardio-vasculaire représentant toujours 45 % de la mortalité totale. Face à ce constat, il nous est possible d'agir concrètement en adaptant notre mode de vie et en soutenant la recherche sur les mécanismes à l'origine de l'athérosclérose.

Bandeau athérosclérose

"On a l'âge de ses artères"

Outre l’âge et le sexe (les hommes sont davantage touchés que les femmes avant la ménopause), les principaux facteurs de risque à l’origine du développement de l’athérosclérose sont l’hypercholestérolémie, l’hypertension, le diabète, l’obésité, le tabagisme et la sédentarité. Autant de facteurs que nous pouvons influencer en adoptant une hygiène de vie saine et en restant actifs, même en vieillissant.

« On a l’âge de ses artères », dit l’adage. Mais comment maintenir nos artères jeunes ?  

Un projet de recherche pionnier sur la différenciation des macrophages

À l’Université de Namur, les chercheurs étudient les macrophages, cellules « nettoyeuses » des microbes ou globules rouges « vieux », mais qui engloutissent aussi le mauvais cholestérol et les graisses pénétrant dans la paroi des vaisseaux sanguins où elles se transforment en cellules spumeuses. Ce sont celles-ci qui, en s’agglomérant, provoquent le début des lésions athéromateuses à l’origine des maladies cardio- et cérébro-vasculaires. Des recherches ont récemment montré que ces cellules macrophages faisaient l'objet d'une différenciation entre macrophages anti et pro-inflammatoires. Il s'agit d'un mécanisme encore largement méconnu et peu étudié, mais qui pourrait jouer un rôle dans le développement des plaques d'athérome. L’objectif de la recherche est d’étudier la différenciation des macrophages (anti et pro-inflammatoires) et la manière dont les facteurs de risque bien connus de l’athérosclérose vont influencer les mécanismes à la base de la formation de la lésion athéromateuse.

 

Axes de la recherche

  • poursuivre les recherches sur  les différents types de macrophages (anti et pro-inflammatoires)
  • étudier le rôle joué par les facteurs de risque de l’athérosclérose dans la polarisation des macrophages
  • étudier la manière dont ces facteurs de risque affectent déjà les monocytes circulant dans le sang, avant leur différenciation en macrophages, mais aussi le dialogue entre les monocytes et les cellules endothéliales bordant les vaisseaux sanguins.

 

Budget et durée du projet

Notre objectif est de récolter 240.000 € afin de financer le travail d’un chercheur post-doctoral, l’achat d’équipement de laboratoire et les frais d’analyse des données durant 2 ans.

 

Notre équipe

Photo martine raesLe professeur Martine Raes est Docteur en Sciences de l'Université de Namur, Vice-Rectrice à la Recherche (septembre 2015) et Directrice de l''URBC-Narilis, une unité de recherche forte de 65 chercheurs et techniciens. Martine Raes assure des enseignements aux étudiants de Biologie et de Bac1 Médecine. Elle est impliquée dans plusieurs projets inter-universitaires en relation avec l'athéro-thrombose. Elle participe à de nombreux jurys d'experts dans le domaine des sciences de la vie et bénéficie d'une reconnaissance nationale et internationale grâce à ses recherches.

 

 

Par votre don et en soutenant ce projet,

vous ferez avancer concrètement la recherche sur les maladies cardio- et cérébro-vasculaires.


Faites un don en mentionnant, dans la communication de votre virement

Don + 5847850 + athérosclérose

Portlet don en ligne

Portlet don en ligne