Combiner la protonthérapie et la nanotechnologie pour augmenter l’efficacité des traitements contre le cancer

L’Université de Namur développe une recherche de pointe en radiothérapie permettant de cibler précisément les cellules cancéreuses, même très résistantes, tout en épargnant les cellules saines. Premièrement, l’équipe étudie l’effet de la protonthérapie, qui vise à détruire les tumeurs en les irradiant avec un faisceau de protons. Cette technique  se révèle à la fois plus efficace contre les tumeurs que l’utilisation de rayons X (radiothérapie classique) et est moins dommageable pour les tissus sains. Par ailleurs, les chercheurs  expérimentent l’envoi de nanoparticules  ciblant de manière spécifique les cellules tumorales, ce qui permet d’augmenter encore l’effet de la protonthérapie qui y est associée, tout en préservant les tissus environnants.

 

Pilotes de la recherche

Davide Bonifazi, professeur de chimie à l'UNamur et responsable d'un laboratoire au sein de l'Unité de chimie organique et biorganique supramoléculaire (UCO).

Stéphane Lucas, professeur de physique à l'UNamur et responsable de l'unité LARN du Centre de recherches en Physique de la Matière et du Rayonnement (PMR).

Carine Michiels, professeur de biologie cellulaire à l’UNamur et responsable d’une équipe de recherche au sein de l’Unité de Recherche en Biologie cellulaire (URBC).

 

Budget et durée de la recherche

Cette recherche s'inscrit dans le projet "Vaincre la résistance des cancers aux traitements" dont l'objectif est de récolter 360.000 € afin de financer les travaux de recherche et d'analyse en laboratoire durant 4 ans et permettre aux chercheurs de progresser dans la lutte contre les cancers résistants.

Portlet don en ligne

Portlet don en ligne