Synthétiser des molécules dérivées de produits naturels aux propriétés anticancéreuses

Certaines molécules naturelles, comme la pectine (présente dans les fruits) ou l’harmine (qu’on trouve dans certaines plantes), ont des vertus anticancéreuses. À partir de ces substances naturelles, les chercheurs développent des composés plus puissants afin d’élaborer de nouveaux traitements. D’autre part, l’identification de leurs mécanismes d’action attaquant spécifiquement les cellules cancéreuses sans endommager les tissus sains permet de s'en inspirer afin de concevoir d'autres composés visant les mêmes cibles thérapeutiques. 

 

Pilotes de ces recherches

Bernard Masereel, professeur de pharmacologie à l'UNamur et chercheur au sein du NAmur MEdicine & Drug Innovation Center (NAMEDIC).

Stéphane Vincent, professeur de Chimie à l'UNamur et responsable d'un laboratoire au sein de l'Unité de chimie organique et biorganique supramoléculaire.

Pierre Van Cutsem, professeur de biologie moléculaire végétale à l’UNamur au sein de l'Unité de recherche en biologie cellulaire végétale (URBV).

Carine Michiels, professeur de biologie cellulaire à l’UNamur et responsable d’une équipe de recherche au sein de l’Unité de Recherche en Biologie cellulaire (URBC).

Johan Wouters, professeur de chimie et chercheur au sein du NAmur MEdicine & Drug Innovation Center (NAMEDIC).

 

Budget et durée des recherches

Cette recherche s'inscrit dans le projet "Vaincre la résistance des cancers aux traitements" dont l'objectif est de récolter 360.000 € afin de financer les travaux de recherche et d'analyse en laboratoire durant 4 ans et permettre aux chercheurs de progresser dans la lutte contre les cancers résistants.

Portlet don en ligne

Portlet don en ligne