Percer les secrets des cellules souches cancéreuses (CSC), réfractaires aux traitements anti-cancéreux

Les CSC partagent de nombreuses caractéristiques avec les cellules souches normales. Comme elles, les CSC sont en mesure de s’auto-renouveler mais également de se différencier. Elles pourraient donc initier la formation de tumeurs ainsi que de métastases. En outre, les CSC joueraient un rôle essentiel dans les phénomènes de récidives observés au terme des traitements dits « conventionnels » comme la chimiothérapie, la radiothérapie et l’hormonothérapie, auxquels les CSC sont très résistantes.

Étude des cellules souches cancéreuses (CSC), responsables de la résistance aux traitements dans le cancer du sein

L’objectif du professeur Bruno Flamion est de mieux comprendre les mécanismes moléculaires régulant la croissance et la survie des CSC mammaires et d’identifier des molécules impliqués dans les phénomènes de résistance. À ce jour, les travaux du professeur Bruno Flamion ont permis d’isoler des CSC à partir de tumeurs mammaires et d’effectuer une caractérisation génétique. La prochaine étape de son travail visera à identifier parmi les candidats potentiels des gènes impliqués dans les phénomènes de résistance aux traitements conventionnels mais aussi de nouveaux marqueurs de CSC mammaires pouvant potentiellement être utilisés comme cibles de thérapies spécifiques, éventuellement via des anticorps monoclonaux, ou dans le cadre d’immunothérapie reconnaissant les CSC.

 

Étude des cellules souches cancéreuses (CSC), responsables de la résistance aux traitements dans le mélanome

L’objectif du professeur Jean-Pierre Gillet est d’isoler des CSC de mélanomes et d’identifier des molécules impliqués dans les phénomènes de résistance. À terme, ces travaux pourraient mener à la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques et ouvrir la voie à de nouveaux traitements dans le mélanome.

 

Pilotes de ces recherches

Bruno Flamion, professeur de physiologie et de pharmacologie à l'UNamur et responsable d’un laboratoire au sein de l’Unité de Recherche en Physiologie moléculaire (URPHYM)

Jean-Pierre Gillet, professeur de pharmacologie et de pharmacogénétique à l’UNamur et responsable d’un laboratoire au sein de l’URPHYM.


Budget et durée des recherches

Ces recherches s'inscrivent dans le projet "Vaincre la résistance des cancers aux traitements" dont l'objectif est de récolter 360.000 € afin de financer les travaux de recherche et d'analyse en laboratoire durant 4 ans et permettre aux chercheurs de progresser dans la lutte contre les cancers résistants.

Portlet don en ligne

Portlet don en ligne