Historique du département de Géologie

En 1973, l'Université de Namur décide de créer un département de géologie, limité à la candidature, pour répondre à des besoins d'enseignements communs à plusieurs sections (biologie, chimie, géographie et géologie).

Au niveau du baccalauréat, outre la formation des géographes et géologues dans le domaine de la géologie et de la géomorphologie, le département de géologie dispense un cours de fondement de la géologie (minéralogie, pétrologie et tectonique de plaques) aux étudiants de biologie et de chimie.

Un cours de prospection géophysique sera bientôt proposé aux étudiants de physique et de mathématique.

Par l’enseignement d’un cours d’hydrogéologie et de pédologie, le département participera à la formation des biologistes dans le cadre de la maîtrise en "Biologie des organismes et des écosystèmes".

Historiquement, la recherche du département est axée sur la micropaléontologie et la biostratigraphie par l'étude des diatomées.

Une thèse intitulée "Etude biostratigraphique des assemblages de diatomées pyritisées des sédiments du Paléocène supérieur et de l’Eocène inférieur des bassins Danois, de Dieppe-Hampshire et Belge – apports paléoenvironnementaux" a été brillamment défendue en juin 2005.

Depuis 2000, l'hydrogéologie constitue la principale orientation de recherche et de développement du département.

Deux chercheurs contribuent à la réalisation des cartes hydrogéologiques de Wallonie.

Trois cartes, couvrant principalement la Province de Namur, sont annuellement produites.

Un doctorat relatif à l’étude hydrogéologique du Massif de Han-sur-Lesse a débuté en octobre 2004.

Il a pour objectif d’évaluer l’impact des phénomènes karstiques, dont le réseau des grottes de Han, sur l’hydrogéologie régionale.