L E S   M É T I E R S   D U   B I O L O G I S T E

UN SECTEUR EN ÉVOLUTION CONSTANTE

Les sciences du vivant évoluent sans cesse, et avec elles les techniques et les métiers. En Belgique, l’industrie pharmaceutique emploie plus de 29.000 personnes, dont plus de 5.000 en recherche et développement (R&D). Avec 12.8 % des exportations mondiales de produits pharmaceutiques, notre pays occupe une position de leader. À côté du secteur de la santé, le développement de la conscience environnementale ouvre un nombre croissant d’opportunités aux biologistes.

FAIRE PROGRESSER LA SCIENCE

Près de 40 % de nos jeunes diplômés commencent leur carrière par une activité de recherche à l’université, en Belgique ou à l’étranger. Ils y réalisent un doctorat (en général 4 ans) ou participent à un programme de recherche, le plus souvent sur un sujet fondamental.

La recherche s’exerce aussi dans les départements R&D des entreprises et dans des centres publics. Au sein d’une équipe, les biologistes développent de nouveaux produits ou réalisent des analyses en laboratoire.

“Le département où je travaille vérifie que les vaccins qui vont être proposés en étude  clinique respectent les normes. Notre rôle est par exemple de prouver que nos produits  peuvent être injectés aux animaux lors des phases pré-cliniques, que notre personnel est  suffisamment formé, etc. Je travaille avec des ingénieurs, des chimistes, des physiciens. Je  dois aussi former des techniciens aux procédures d’assurance qualité mises en place dans  notre entreprise.” - Audrey, diplômée
“Je gère un contrat de rivière dans le Sud de la Belgique, au sein d’un parc naturel financé par des fonds européens. Mettre en place un contrat de rivière implique de convaincre beaucoup de partenaires aux intérêts souvent divergents. Je dois promouvoir le projet, notamment par l’édition de brochures. J’organise des activités de sensibilisation,par exemple des stages pour les enfants. La gestion administrative et financière ainsi que la recherche de financement occupent une bonne partie de mon temps.” - Nicolas, diplômé

À LA PÉRIPHÉRIE DE LA RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

De nombreux prestataires de services interviennent en aval de la R&D. Dans les grandes entreprises, des  départements prennent en charge ces activités, en tout ou en partie.

Les CRO’s (Contract Research Organisation) sont des sociétés de services qui sous-traitent certaines étapes de la recherche clinique pour le compte de grandes entreprises. Certaines se sont spécialisées dans la gestion des études cliniques auxquelles sont soumises les nouveaux produits pharmaceutiques avant leur mise sur le marché, afin d’en vérifier l’innocuité et le profil pharmacocinétique (devenir d’une substance active d’un médicament au sein de l’organisme, après son administration).

La qualité est le maître-mot du secteur pharmaceutique. Il faut toujours être capable de prouver que toutes les procédures sont conformes aux réglementations en vigueur, depuis les premières étapes du développement jusqu’à l’acheminement des produits chez les clients.

Au sein des départements d’affaires réglementaires, des biologistes épaulés par des juristes suivent les réglementations en vigueur et se chargent du dépôt et du suivi des dossiers « qualité » ou « propriété intellectuelle » auprès des autorités administratives compétentes.

PRÉSERVER LE PATRIMOINE VIVANT

De plus en plus de biologistes œuvrent à la protection du patrimoine naturel, végétal ou animal. Dans le respect des politiques environnementales mises en place, ils en assurent l’inventaire, la gestion, la surveillance ou encore la promotion. Ils peuvent conduire des projets d’envergure liés au développement durable (recherche de partenaires, collecte de fonds, animation, etc.).

“Ma société développe des bioréacteurs. Nous sommes 80 aujourd’hui. Après un an de formation en laboratoire, je gère un projet de culture cellulaire. Cela implique de planifier les étapes en fonction des ressources en termes de matériel et de personnel, avec l’aide d’outils de gestion de projet. Je fais des recherches bibliographiques, je conduis certaines expériences, je présente les résultats sous la forme d’exposés et de publications. L’anglais est indispensable pour tous les contacts avec nos partenaires et nos clients.” - Florence, diplômée
“Je suis responsable en assurance qualité dans un centre de recherches en agronomie. Nous testons des pesticides avant leur mise sur le marché. Je passe 25 % de mon temps sur le terrain, en inspection dans le laboratoire, en réunion ou en audit à l’extérieur. Le reste du temps, je travaille à rédiger des procédures et des rapports. La communication, orale et écrite, est essentielle dans mon travail.” - Vanessa, diplômée

TRANSMETTRE LA PASSION DU VIVANT

L’enseignement des sciences reste un débouché significatif pour nos diplômés, tant dans les Hautes Écoles que dans l’enseignement secondaire supérieur.

L’ÉMERGENCE DE NOUVEAUX MÉTIERS

Ces dernières années, on observe que des biologistes rejoignent le monde hospitalier, soit dans des laboratoires de procréation médicalement assistée, soit dans la gestion d’études cliniques sur des patients malades.

Le bioinformaticien, qui allie à sa formation scientifique de solides compétences en bases de données ainsi qu’en statistiques et en programmation, joue un rôle fondamental face à l’afflux des nouveaux séquençages génomiques et autres données issues de l’exploration du vivant. Il modélise et compare cette mine d’informations dans le but de poser des hypothèses de recherche pertinentes à tester en milieu expérimental.

“J’ai été engagée à la sortie de mes études dans une CRO (Contract Research Organisation) située à Louvain-la-Neuve. Je mets en place des études cliniques pour le compte de nos clients. Concrètement, j’organise la soumission de l’étude au comité d’éthique. Ensuite, je forme les personnes du site où va se conduire l’étude. Je visite régulièrement le site pour m’assurer que le protocole est bien respecté. Je fais le lien avec les autres  sous-contractants impliqués (par exemple pour les analyses génétiques du sang, pour  l’encodage des résultats dans des bases de données…). Enfin, je coordonne l’écriture du rapport final d’étude. C’est un métier qui demande beaucoup d’organisation et une solide aptitude à gérer le stress.” - Marie, diplômée

Brochure bachelier

Biologie picto_telechargement_vert.png

Télécharger

 

 

 

 

Recevoir par courrier

Restez en contact

Vous souhaitez recevoir les dernières informations sur vos futures études ?

Inscrivez-vous à l'enews.