Agrégation en sciences

Le métier d'enseignant se complexifie: les réformes se succèdent, les tâches se diversifient, certaines classes deviennent plus difficiles à gérer,… D'où l'intérêt de "professionnaliser" davantage les enseignant(e)s afin de les rendre plus aptes à participer positivement aux changements.

Prof avec élèves

La formation proposée à Namur vise une approche systémique de l'acte d'enseignement et de sa complexité.

Ses multiples composantes sont structurées selon trois pôles principaux, chacun comprenant des aspects théoriques et pratiques :

  • Didactiques des disciplines et leurs épistémologies.
  • Education scolaire et société.
  • Psycho-pédagogie des apprentissages et de l'enseignement.

Ces composantes sont intégrées les unes aux autres à l'occasion des stages dans les écoles et dans d'autres lieux institutionnels, ainsi que dans le cadre des séminaires d'intégration théorie-pratique. Ces stages et séminaires permettent d'aborder des questions issues de la pratique en articulant les regards multiples inhérents aux pôles ci-dessus.

Plus qu'une simple alternance théorie-pratique, c'est donc une réelle intégration qui est visée. A cette fin, ces séminaires d'intégration prennent la forme de TP et TD associés à chaque volet théorique, permettant ainsi une ouverture à divers lieux et aspects professionnels et sociaux. Grâce à ces séminaires les questions soulevées par les étudiant(e)s sont prises en compte et les apprentissages des futur(e)s agrégé(e)s sont envisagés dans une perspective de résolution de problèmes.

Une autre spécificité de la formation namuroise est de développer :

  • une mise en processus systématique de développement personnel et professionnel que l'enseignant(e) poursuivra en situation de travail; il s'agit plus d'initier chez le futur professeur une démarche d'apprentissage autonome que de voir en lui un "consommateur" de produits finis;
  • une démarche réflexive des étudiant(e)s en leur faisant construire des outils conceptuels qui les aident à décoder les pratiques professionnelles, leurs présupposés et leurs implications probables;
  • leur perception du contexte global dans lequel s'insère l'acte d'enseignement; une ouverture des étudiant(e)s aux autres disciplines et ce, selon plusieurs points de vue : identification de compétences transversales, concepts communs aux didactiques des diverses disciplines, apprentissage à l'interdisciplinarité, méthodologie pour apprendre les bases d'une autre discipline, ...
  • une certaine polyvalence des agrégé(e)s en sciences expérimentales, telle que requise pour enseigner le nouveau programme de sciences (au deuxième degré de l'enseignement secondaire, c'est le même professeur qui enseigne les trois sciences et la grande majorité des professeurs du troisième degré en enseigne au moins deux).

Ce programme renforce les aspects relationnel, éthique et épistémologique de la formation initiale proposée actuellement aux futur(e)s enseignant(e)s. Il vise ainsi à fournir aux étudiant(e)s les outils de base pour aborder valablement une première activité professionnelle, sur lesquels pourra se greffer une formation continuée susceptible d'améliorer l'efficacité de l'enseignement.

Il confère à la formation des professeurs une crédibilité vis-à-vis d'autres acteurs institutionnels: directions, inspections, monde de l'entreprise, parents et étudiants!