Enseignement

Accompagnement pédagogique

Encadrement des étudiants

Les étudiants de philosophie étant d'ordinaire peu nombreux, la plupart des cours de spécialité se font sous forme dialoguée, à la manière d'un séminaire. Chacun peut ainsi vérifier, au fur et à mesure, sa bonne compréhension de la matière et la préciser.

Dans la même optique, des répétitions et interrogations, outre celles prévues pour toute la Faculté, sont proposées régulièrement.

La charge horaire représente environ 22 heures de cours par semaine. Elle ouvre donc de larges plages de travail personnel propices aux lectures indispensables à l'acquisition de la méthode philosophique. Ces lectures sont rendues aisées par l'accès direct à la bibliothèque du séminaire, très complète en histoire de la philosophie.

Pour l'ensemble des cours, les exposés sont enrichis par la lecture commentée d'articles ou d'extraits d'ouvrages philosophiques. D'autre part, des travaux plus personnels permettent à l'étudiant d'affronter directement l'étude de questions précises chez des philosophes de son choix,ils le familiarisent aussi avec les instruments de travail indispensables à la recherche et l'initient à la dissertation philosophique. Celle-ci fait l'objet d'un apprentissage raisonné et systématique tout au long des deux années.

Développer ses capacités d'apprendre

En premier baccalauréat, bon nombre d'échecs proviennent de la méthode de travail de l'étudiant. Dès le début de l'année, celui-ci doit se familiariser et utiliser efficacement de nouvelles techniques d'apprentissage : prendre des notes exhaustives d'exposés denses, gérer son temps de travail en se fixant ses propres échéances intermédiaires, mémoriser des quantités de matières plus importantes qu'au secondaire et donc les résumer et les synthétiser.

Le Service de Pédagogie Universitaire de l'UNamur aide l'étudiant dans cette démarche en lui proposant un suivi individuel tout au long de l'année. A différents moments, il offre également la possibilité de suivre des formations courtes, adaptées selon la discipline, à propos de techniques particulières comme la prise et la révision des notes, le résumé, le plan et la synthèse, la mémorisation ou la gestion du temps.

Le contrôle des connaissances

Les épreuves d'examens sont préparées, surtout en première année, par des interrogations et des répétitions. Celles-ci permettent à l'étudiant de faire le point sur ses connaissances, de mesurer les exigences de ses futurs examinateurs, d'apprécier la valeur de sa méthode de travail.

En premier baccalaureat :

Dès le mois d'octobre, quelle que soit son orientation d'études, l'étudiant qui le décide peut bénéficier d'une aide individualisée. Des modules de remédiation lui offrent de se perfectionner dans la manière d'aborder les questions et de formuler les réponses le plus adéquatement.

En janvier, l'étudiant de première année a le choix de présenter certains examens, sur des matières qui sont terminées au premier semestre, ainsi que certains partiels dans les cours de langues. Les cotes de ces examens valent pour la première session d'examens, mais éclairent, dès janvier, l'étudiant quant à l'efficacité de son travail.

En deuxième candidature :

En deuxième année, l'étudiant, entraîné au rythme des cours universitaires, adapte plus facilement qu'en première son effort à la nature et à l'importance de chacune des matières du programme. La continuité du travail n'est plus assurée par des interrogations régulières, mais soutenue dans le cadre des travaux personnels et des exercices pratiques.

L'étudiant peut, en janvier, présenter, sur certaines matières dont l'enseignement est achevé, un examen dont la note définitive est retenue pour la première session d'examens.