L E S   M É T I E R S   D U   G E R M A N I S T E

Le germaniste universitaire offre un profil recherché pour des fonctionsde responsabilité : connaissance approfondie de plusieurs langues étrangères (celles qui comptent le plus dans le contexte belge : les langues nationales et l’anglais, langue internationale  par excellence), mais aussi flexibilité, capacité d’adaptation, savoir méthodologique, esprit critique.

UN PROFIL TRÈS RECHERCHÉ

Dans la société internationalisée du XXIe siècle, la maitrise de diverses langues et la connaissance de cultures autres que la sienne offrent plus que jamais un pouvoir accru sur soi-même et sur son environnement, notamment professionnel.

La maitrise orale et écrite de plusieurs langues étrangères (en plus du français) ouvre au germaniste de nombreuses possibilités de carrière.

Mais le plurilinguisme n’est pas son unique sésame ; d’autres atouts s’ajoutent à sa palette. Les études en langues et lettres développent de solides capacités d’analyse des discours, l’esprit de synthèse et l’aptitude à la réflexion ; elles apprennent à chercher du sens et à organiser de l’information ; elles forment à rendre compte et à argumenter dans plusieurs langues, aussi bien à l’oral qu’à l’écrit. Autant de compétences qui, couplées à une solide culture générale, permettent au germaniste d’apprendre rapidement et d’évoluer professionnellement dans des secteurs d’activités aussi divers que l’enseignement, les organisations internationales, les entreprises, les médias, etc.

Enfin, avantage non négligeable, le germaniste peut directement offrir ses compétences dans les trois communautés linguistiques du pays, et à l’international.

Certains germanistes poursuivent leurs études par une formation complémentaire (communication, informatique, gestion, etc.), ce qui peut faciliter leur insertion professionnelle dans des domaines plus spécialisés.

ENSEIGNEMENT ET FORMATION

Nombreux sont les germanistes qui partagent leur expertise et leur passion pour l’allemand, l’anglais ou le néerlandais avec des élèves de l’enseignement secondaire. Les germanistes interviennent également dans d’autres contextes de formation face à des publics de tous les âges. Le besoin de professeurs de langues compétents est important dans les hautes écoles, les universités, les centres de langues privés, les organismes de formation continuée et même à l’intérieur de certaines grandes entreprises, nationales ou internationales.

Pour enseigner les langues germaniques dans l’enseignement secondaire, le diplôme d’agrégé de l’enseignement secondaire supérieur est requis. Il peut s’obtenir au cours d’un deuxième cycle (master à finalité didactique) ou en formation complémentaire.

LES SERVICES LINGUISTIQUES

En Belgique, les administrations fédérales et internationales ainsi que les compagnies multinationales génèrent de nombreux emplois en lien avec la maitrise des langues étrangères : traduction, gestion de la documentation et de l’information multilingues. Certains germanistes offrent ces services en tant qu’indépendants.

Par ailleurs, de nouveaux métiers liés au traitement informatisé des langues émergent : mise au point de logiciels de traduction automatique ou de reconnaissance vocale, élaboration de didacticiels… Dans ce type de projet innovant, l’expertise des linguistes est d’un appui précieux pour les spécialistes des technologies de l’information.

MONDE DE L’ENTREPRISE

De plus en plus de germanistes travaillent dans des compagnies ouvertes à l’international : PME exportatrices, banques, assurances, services informatiques, transport et logistique… Ils occupent des fonctions en contact direct avec les clients étrangers ou assistent les cadres supérieurs internationaux. Les plus ambitieux évoluent vers des fonctions de management.

RECHERCHE

Certains germanistes poursuivent après l’obtention de leur diplôme une activité de recherche, souvent complétée par des tâches d’enseignement, en Belgique et parfois à l’étranger. Les universités et des fonds publics (par ex. le FNRS) peuvent financer la réalisation d’un doctorat.

Le docteur en philosophie et lettres a entre autres la possibilité d’enseigner à l’université et dans les hautes écoles au niveau national et international.

Pour les thèmes de recherche du département, voir p. 18 ou sur le site internet du département : www.unamur.be/lettres/germaniques/recherche.

MÉDIAS ET COMMUNICATION

À condition de s’être ouvert au monde socio-économique ou de s’être spécialisé dans un domaine culturel particulier, le germaniste peut rejoindre le monde des médias (télévision, presse écrite, presse spécialisée, presse d’entreprise…). Plusieurs de nos anciens sont aujourd’hui journalistes. D’autres occupent des fonctions liées à la communication (relations extérieures, marketing), par exemple dans des institutions culturelles.

UNE VIE SOCIALE À DÉPLOYER

Au moment de décrocher un premier emploi, la personnalité du candidat est souvent aussi importante que son diplôme universitaire, d’où l’intérêt de maintenir sa curiosité en éveil tout au long des études et de se construire une vie sociale riche. Même s’il est très recherché sur le marché de l’emploi, le futur germaniste se donnera toutes les chances de décrocher un premier emploi épanouissant et conforme à ses souhaits en multipliant les expériences interculturelles durant ses études, par exemple en séjournant à l’étranger ou en s’engageant dans le monde associatif.

Brochure

Langues et lettres modernes orientation germanique picto_telechargement_vert.png

Télécharger

 

 

 

 

Recevoir par courrier

 

Restez en contact

Vous souhaitez recevoir les dernières informations sur vos futures études ?

Inscrivez-vous à l'enews.