Qu'est-ce qui fait la valeur des textes littéraires?

 

Après avoir étudié, dans Poétique des valeurs, la construction de « l’effet-valeur », c’est-à-dire la façon dont un texte élabore son système axiologique, Vincent Jouve, à la faveur d’une ouverture de perspective, entend à présent se demander ce qui fait la valeur des textes littéraires. Ce glissement, également présent à l’époque contemporaine dans les travaux de chercheurs comme Mieke Bal, Franc Schuerewegen ou Gérard Genette, correspond ainsi à un passage graduel de la poétique à l’esthétique. De fait, après des décennies consacrées à l’analyse rigoureuse et détaillée des fonctionnements textuels, en l’absence délibérée de tout jugement de valeur, il importe désormais de réhabiliter la question de l’évaluation des textes – problématique d’autant plus cruciale que notre époque est le lieu d’une prolifération endémique des publications en tout genre.

A la question posée par Vincent Jouve, sans doute n’est-il pas de réponse unique et assurée, mais son enquête, dans le sillage des réflexions d’un Arthur Danto, a l’immense mérite de resituer le phénomène littéraire dans le champ plus vaste de la multiplicité des artefacts culturels et, plus généralement encore, dans celui de la diversité des activités humaines. Poser la question du littéraire dans la réflexion esthétique contemporaine permet en effet, par-delà l’attention scrupuleuse au(x) jeu(x) constitutif(s) de la littérature, d’en mieux cerner les enjeux.