Appel à communication - Pierre à Pierre II. Colloque international Namur-Dinant, 6, 7 et 8 décembre 2018


Télécharger le formulaire d'inscription (PDF) 
Download Registration Form (PDF)


[English Version below]


Pierre à Pierre 2

Économie de la pierre dans la vallée de la Meuse et dans les régions limitrophes

(Ier s. av. J.-C. – XVIIIe s.)

 

La première édition de ces rencontres consacrées à l’économie de la pierre aux périodes historiques, qui s’est tenue à Nancy en 2015, a permis de rappeler la vitalité des recherches menées autour de ce thème, en insistant sur les travaux récents réalisés en Lorraine. Ces rencontres ont également permis de conclure à la nécessité de voir les débats se prolonger au fil d’un cycle de rencontres internationales consacrées à l’économie de la pierre et organisées tous les trois ans. Le deuxième colloque de ce cycle se tiendra à Namur et à Dinant en décembre 2018. Il sera co-organisé par l’Université de Namur (AcanthuM – ILEE), par l’Université catholique de Louvain, pat l’Université Libre de Bruxelles et par la Maison du Patrimoine médiéval mosan.

 

Ce colloque permettra de centrer les réflexions sur la vallée mosane, célèbre pour ses ressources lithiques, et dont les tronçons de la Meuse moyenne comme de la basse Meuse constituent depuis l’antiquité l’une des artères économiques majeures dans cette région d’Europe ; il visera également à élargir les questionnements aux régions limitrophes, telles que le Brabant, le Hainaut, les Ardennes, la Lorraine, la Rhénanie-Palatinat, la région d’Utrecht et du Gelderland, etc.

 

Afin de perpétuer l’approche largement diachronique privilégiée à Nancy en 2015, la période couverte est à nouveau très vaste, puisqu’elle s’étend du Ier av. J.-C. jusqu’au XVIIIe siècle.

 

Dans le prolongement des débats de 2015, également, le colloque « Pierre à Pierre 2 » souhaite privilégier trois grands axes thématiques :

 

La géographie de la pierre (axe 1), tout d’abord, prendra en compte à la fois les lieux d’extraction et les aires chrono-culturelles de diffusion des matériaux. On s’intéressera ainsi particulièrement aux carrières mosanes afin de faire progresser la cartographie diachronique de l’activité extractive mais aussi, au gré des possibilités offertes par les vestiges d’extraction traditionnelle et des sources écrites disponibles, aux modalités d’exploitation des gisements. Les considérations sur le travail en carrière seront également l’occasion de faire progresser les débats relatifs aux interactions entre la logistique du chantier, l’organisation de l’atelier et le travail en carrière, qu’il s’agisse de techniques d’extraction ou du façonnage des blocs.

 

La pierre sur le chantier de construction (axe 2), ensuite, recèle de multiples problématiques. Les stratégies d’approvisionnement des chantiers de construction pourront par exemple être envisagées à l’aune des recherches archéologiques comme des études historiques récentes. Ces travaux permettront d’alimenter les débats sur les aires de diffusion des matériaux comme de mettre en évidence l’évolution des techniques de construction, voire des styles, influant sur l’approvisionnement du chantier. A contrario, la rationalisation probable du travail d’exploitation des carrières à la fin du Moyen âge et au Temps modernes est susceptible d’avoir influé sur l’organisation de la construction. Les techniques de taille et de mise en œuvre pourront par ailleurs être abordées sous de nombreux autres aspects, aussi bien techniques (évolution de l’outillage, des techniques de taille, propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, etc.) que logistiques (le phénomène du remploi, la rationalisation et la standardisation sur le chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, etc.). Le croisement des différentes sources doit également mener, si possible à une lecture anthropologique du chantier de construction, afin de révéler de manière plus concrète les hommes qui se cachent derrière les phénomènes techniques et économiques analysés.

 

Ce colloque réservera par ailleurs un intérêt particulier aux interactions entre la pierre et les autres matériaux de construction. La manière dont la brique s’impose progressivement sur le chantier de construction des Temps modernes et les enjeux liés à la cohabitation de la brique et de la pierre dans l’architecture sont par exemple des questions qui méritent d’être envisagées dans le cadre de ce colloque. Dans le même ordre d’idées, la pétrification de la construction en pan-de-bois aux Temps modernes gagnera également à être interrogée sous l’angle de l’économie de la pierre de taille.

 

Enfin, afin de faire honneur aux pierres de Meuse, mais également de mettre en évidence un thème de recherche peu traité lors du colloque précédent de ce cycle, les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur la pierre en tant que mobilier ou élément décoratif (axe 3).  En effet, elle permet de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.

 

Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

 

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 mn et le poster. Les posters seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.


Langues du colloque : français et anglais.

Proposition de communication : avant le 15 février 2018

Envoi des résumés : avant le 15 avril 2018

Colloque : 6-7-8 décembre 2018

Envoi des textes pour la publication : avant le 1er avril 2019

Publication des Actes : 2020

 

Lieu : Université de Namur (6-7/12) ; Dinant (8/12)

 

Comité d’organisation : K. Boulanger, C. Moulis, M. Piavaux, L. Verslype, Fr. Blary, Claire-Marie Vandermensbrugghe, M. Macaux.

 

Contact : Mathilde MACAUX - AcanthuM- UNamur, 61 rue de Bruxelles, 5000 Namur

00.32.81.724187 – mathilde.macaux@unamur.be




Stone by Stone II

Stone Economics in the Meuse Valley and in its Adjacent Regions (Ist Century B. C. – XVIIIth Century)

 

The upcoming Stone by Stone II Symposium will be held in Namur and Dinant in December 2018. It will be co-organized by the University of Namur, by the University of Lorraine, by the Catholic University of Louvain-la-Neuve, by the University of Brussels, by the INRAP and by the House of Medieval Mosan Heritage. The Stone by Stone series of meetings aim to promote the relevance of stone economics research and to facilitate discussions about the topic, through a cycle of international conferences held every three years. The first edition of conferences dedicated to stone economics during the historical periods, which was held in Nancy in 2015, underlined the vitality of the research carried out about this subject, as illustrated by the recent works led in Lorraine.

 

The symposium reflections will focus on the Meuse valley, famous for its lithic resources, and whose Lower and Middle sections have contributed in establishing the valley as a major economic artery within the Western European region since the Antiquity. The symposium’s scope will then expand to related investigations carried out in adjacent regions, such as the areas of Brabant, of Hainaut, of Ardennes, of Lorraine, of Rhineland, of Utrecht, of Gelderland, amongst others.

 

With respect to the diachronic format of the previous edition, the symposium will cover a broad timeline, ranging from the Ist Century B. C. to the XVIIIth Century.

 

Following debates from the first edition, Stone by Stone II topics will mainly focus on three main themes:

 

First, Stone Geography (theme 1) will take into account both extracting places and materials diffusion’s chrono-cultural areas. In this respect, we will particularly take an interest in Meuse valley quarries so as to make the diachronic cartography of the extractive activity progress. Depending on the possibilities offered by traditional extractive remains and on the written sources available, we will also focus on the deposits exploitation methods. Moreover, considerations about quarry’s work will be an opportunity to push forward the debates concerning the interactions between building site logistics, workshop setup and quarry’s work, whether it’s about the extraction techniques or the shaping of blocks.



Stone on The Construction Site (theme 2), then raises several questions. For instance, construction sites supply strategies may be reviewed under both archaeological and historical perspectives. This research work will enrich the discussions about materials diffusion areas as well as point out the evolution of building techniques, even styles, having a bearing on the building site supply. A contrario, the probable rationalization of quarries’ exploitation work at the end of the Middle Ages and during the Modern Times is likely to have affected the organization of the construction. Besides, both stone cutting and implementation techniques may be examined under different aspects, either technical (tools and cutting-stone techniques evolution, foundations properties, brick masonry, facings organization, differentiated use of facies...) or logistical (reuse phenomenon, rationalization and standardization on the construction site, workshops supplies…). The cross-referencing of differents sources should also lead to an anthropological view of the construction site, in order to more concretely highlight the men hidden behind the technical and economical phenomena analyzed. The symposium will also have an interest in the interactions between stone and other building materials. In this respect, several questions deserve to be considered within the framework of this conference, from the way in which the brick is progressively imposing itself on the Modern Times construction site to the issues related to the cohabitation of brick and stone in architecture. Petrifaction of timber framing construction during the Modern Times also deserves  to be reviewed from the angle of cut stone economics.

 

Finally, to honor Meuse stones, but also to point out a research subject less taken into consideration during the 2015 gathering, the organisers wish to give a more prominent place to studies focusing on Stone as Lapidary Furniture or Decorative Element (theme 3). As a matter of fact, stone also allows to fix the memories of the deceased lastingly, according to standards which are constantly varying along centuries (funerary stelae, sarcophagi, stone slabs, recumbent statues…). Likewise, studies about sculpture (pagan gods, saints, virgins…) will have to enrich issues related to the material technical treatment.

 

Presentations subjects can be about stone either as a material or as a final product, using all its variations in the technical stages of transformation, as well as in its use.

Two levels of interventions are possible: 20-minute proffered presentation or a poster. Posters will also be integrated to the publication of the conference proceedings. Students’ work is very welcome. 

 

Languages : French and English

Talk/poster proposal deadline: before 15 Februari 2018

Symposium: 6-7-8 December 2018

Submission of the papers for publication: before 1 April 2019

Publication of the conference proceedings: 2020

 

Venue: University of Namur (6-7/12); Dinant (8/12)

 

Organisation Committee: F. Blary, K. Boulanger, M. Macaux, C. Moulis, M. Piavaux, Claire-Marie Vandermensbrugghe, L. Verslype.


Contact : Mathilde MACAUX - AcanthuM- UNamur, 61 rue de Bruxelles, 5000 Namur

00.32.81.724187 – mathilde.macaux@unamur.be