La déclaration de Bologne...

BologneQuelques lignes pour mieux comprendre

C'est à Bologne, le 19 juin 1999,  que 29 pays européens signent une déclaration commune visant à la création d'un espace européen de l'enseignement supérieur et sa promotion à l'échelon mondial.
Les pays signataires s'engagent à atteindre, avant 2010, les objectifs suivants :

  • Instaurer un système de diplômes facilement lisibles et comparables.
  • Créer une nouvelle structure d'enseignement supérieur qui se fonde essentiellement sur deux cycles dont le premier – le grade de bachelier – est d'une durée minimale de trois ans et le second – le master – de deux ans.
  • Mettre en place un système de crédits (ECTS) transférables entre toutes les universités d'Europe.
  • Développer la mobilité pour les étudiants, mais aussi pour les enseignants, les chercheurs et le personnel administratif.
  • Coopérer au niveau européen pour évaluer la qualité des enseignements.
  • Établir une véritable dimension européenne dans l'enseignement supérieur, notamment par l'élaboration commune de programmes d'études et de mobilité.

Un nouveau décret en Communauté française de Belgique

En mars 2004, le parlement de la Communauté française vote un nouveau décret  qui réorganise l'ensemble de l'enseignement supérieur et universitaire.  Le texte de ce décret (pdf) est  disponible pour les plus courageux

Les crédits

Le système de crédits (ECTS pour système européen de transfert de crédits) mis en place depuis quelques années dans le cadre du programme ERASMUS devient la nouvelle norme de présentation des formations. Désormais, il ne s'agit plus de représenter un enseignement uniquement par le nombre d'heures de cours, mais d'évaluer la quantité globale de travail qu'il nécessite en tenant compte également des heures de laboratoires, des recherches en bibliothèque, du travail personnel... Chaque cycle de formation comporte un certain nombre de crédits. Le baccalauréat de trois années de formation, totalise ainsi 180 crédits. L'intérêt du système réside aussi et peut-être surtout, dans la possibilité offerte à l'étudiant de valoriser les crédits obtenus dans d'autres filières de formation ou dans d'autres universités en Belgique et partout en Europe.