Conférence "La décroissance au secours du climat" de Paul Ariès

Vendredi 8/5/2015 à 20h00

 

Auditoire L21, Faculté de Philosophie et Lettres, Université de Namur, Rue Grafé 1, 5000 Namur

Animation par Philippe Dutilleul (journaliste et réalisateur)

Une organisation du Collectif Roosevelt et du Groupe Développement Durable de l'Université de Namur


Revoir la conférence

Vous trouverez ici l'enregistrement vidéo de la conférence.

Résumé de la conférence

Paul Aries aime se définir comme un objecteur de croissance, amoureux du bien vivre. Il vient partager avec le public de Namur une bonne et une mauvaise nouvelle.

La mauvaise nouvelle : nous sommes face à une crise systémique : économique, sociale, écologique, climatique, politique et même anthropologique. Aujourd’hui, 20% des humains s'approprient 86 % des ressources et si tous les humains vivaient comme les riches une seule planète ne suffirait pas.  

Paul Ariès considère que la classe possédante est prête à tout pour conserver ce système capitaliste qui l’enrichit. Il nous montre qu’elle ne manque ni de projets ni de moyens afin « d’adapter » la planète et même l’humanité au système productiviste.

La bonne nouvelle : la planète est bien assez riche pour permettre à tous les humains de vivre bien. On voit fleurir à l'échelle planétaire de nouveaux mots pour dire les chemins de l'émancipation : le « buen vivir » sud-américain, le plus vivre de la philosophie négro-africaine de l’existence, la vie pleine en Inde, etc.

Ceux qui parlent le mieux d'écologie ce sont les milieux populaires. Paul Ariès démontre, chiffres à l'appui, que les gens ordinaires, les gens simples ont un bien meilleur bilan carbone que les enrichis et même que beaucoup d'écolos. Les 99 % de la population ne sont pas des personnes auxquelles il ne manquerait que l'argent. Les milieux populaires ont une autre richesse, d'autres rapports au travail, à la consommation, au temps, à l'espace, à la nature, aux loisirs, à la maladie, au vieillissement, à la mort donc à la vie.

Paul Ariès nous invite à nous questionner sur les notions de richesse et de bien vivre et à explorer des pistes alternatives à la seule croissance économique comme garante de prospérité.

Paul Aries rédacteur en chef du mensuel les Zindigné(e)s vient de publier "Ecologie et cultures populaires, les milieux populaires au secours de la planète" (Editions Utopia).

Informations

Pour toute demande d'information relative à la conférence:

A la une...